Publication:

Le Quotidien - 2021-05-01

Data:

UNE MITAINE DE BAIN POPULAIRE

AFFAIRES

MYRIAM ARSENAULT JOURNALISTE DE L’INITIATIVE DE JOURNALISME LOCAL marsenault@lequotidien.com

Avez-vous déjà eu de la difficulté à utiliser des retailles de savons, parce qu’ils étaient trop petits et trop fragiles? Jessica Girard, une maman de 32 ans d’alma, a décidé de régler ce problème une bonne fois pour toutes en créant la Mitzz, une mitaine de bain écoresponsable qui a rapidement conquis le public. Pour l’année 2020, elle en a envoyé près de 1000 aux quatre coins du Québec. Jessica est native d’alma. Elle a toujours voulu se lancer en affaires, mais cherchait une idée. Elle a donc décidé de lancer en avril 2019 son entreprise appelée Chipiecharlie, qui se concentrait sur le zéro déchet. L’arrivée de son produit vedette s’est faite en août de la même année. C’est lors d’une discussion avec son amie qu’elle a imaginé la Mitzz. Ce produit est rapidement devenu la marque de commerce de l’entreprise. La Mitzz est un gant de bain, avec un filet intégré, qui permet d’utiliser les retailles de savon jusqu’à la dernière miette. Il se décline en une foule de caractéristiques, par exemple, pour le visage, exfoliant, pour enfants, et plus. « J’avais souvent de la difficulté à passer mes restants de savons, qui finissaient dans la poubelle ou oubliés dans le fond du bain. Je n’aimais pas beaucoup le gaspillage de ces petits bouts de savon, qui pouvaient être encore utilisés jusqu’à trois ou quatre bains. J’ai donc pensé à développer un gant de bain qui faciliterait l’utilisation de ces retailles-là », explique-t-elle d’entrée de jeu, lors d’un entretien par visioconférence avec Le Progrès. Les petits filets pour savon existaient déjà, tout comme les gants de bain, mais Jessica semble être la première à avoir pensé à les mettre ensemble. Elle voulait avoir un produit qui maximiserait la vie des produits solides, en plus de faciliter leur utilisation. L’OCCASION EN OR DE LA PANDÉMIE Elle a vu dans la pandémie une occasion de se lancer à temps plein. « Je travaillais chez Fabriqueville jusqu’à l’an passé. Je ne sais pas, quand la COVID a frappé, j’ai eu une illumination, si on veut, et je me suis lancée dans le vide. J’ai quitté ma sécurité d’emploi et j’ai dit go ! J’ai quelque chose de cool entre les mains et il faut que j’aille voir jusqu’où ça peut aller », explique-t-elle. Elle compte aujourd’hui plusieurs produits, mais sa vedette reste la Mitzz. Ses versions pour enfants, la Mitzzionnette, est elle aussi très populaire et permet aux enfants d’avoir une façon ludique d’apprendre la propreté. Avec le nombre de commandes en augmentation, Jessica reçoit maintenant le support de sa mère dans la fabrication des produits. À deux, elles font la production de toutes les créations de la boutique Chipiecharlie. En 2020, les deux femmes ont fabriqué près de 1000 Mitzz. En deux ans, l’entreprise a également trouvé une importante communauté sur les réseaux sociaux. Plus de 4000 personnes suivent Chipiecharlie sur Facebook. Ces dernières sont d’ailleurs très engagées dans le processus de création des différents produits. Ce qui a le plus surpris la maman dans la dernière année, c’est la communauté d’entrepreneures qu’elle a trouvée sur Internet, qui n’hésitent pas à s’encourager, à s’aider et à collaborer pour faire évoluer les entreprises des unes et des autres. OBJECTIFS En 2021, l’entrepreneure souhaite avoir plus de points de vente. Elle en compte une dizaine. Dans la région, on peut retrouver certains produits chez Boutique Première, Les Produits Emma Joie ou la Savonnerie Chèvre-feuille, par exemple, en plus de son site Internet. Elle aimerait assurément développer d’autres produits et agrandir son entreprise. Elle avoue également chérir le rêve de passer à l’émission Dans l’oeil du dragon.

Images:

Categories:

Le Quotidien

© PressReader. All rights reserved.