Publication:

Le Quotidien - 2021-05-01

Data:

FRANCINE GOBEIL ACCEPTE UN NOUVEAU DÉFI AVEC LE DRAKKAR

MAG SPORTS

JOHANNE SAINT-PIERRE jstpierre@lequotidien.com

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Francine Gobeil n’a pas peur des défis. À compter du 7 juin, la Baie-comoise de 38 ans effectuera un retour avec le Drakkar de Baie-comeau en tant que nouvelle directrice des opérations, forte de l’expérience acquise durant les quatre dernières années passées avec l’organisation des Saguenéens de Chicoutimi. Comme un oiseau qui quitte le nid, la technicienne comptable et responsable de la boutique était un peu triste à l’idée de quitter la famille des Saguenéens qui l’a accueillie en 2017, mais elle était surtout très reconnaissante envers toutes les personnes qui lui ont permis de faire le plein de connaissances pour se lancer dans cette nouvelle aventure. « Je suis arrivée avec mon petit baluchon sur l’épaule et je repars avec un gros sac rempli d’expérience », avoue la jeune mère de famille qui a dû s’éloigner des siens pour poursuivre sa progression. La route entre Saguenay et Baiecomeau, elle la connaît par coeur et pourrait la faire les yeux fermés, avoue-t-elle en riant. « Durant les quatre années passées ici, j’ai renfloué mon petit bagage de connaissances et d’expérience grâce à tout l’entourage de l’équipe. C’est une équipe vraiment exceptionnelle et incroyable dont je ne retiens que du positif », assure Mme Gobeil qui remercie particulièrement Diane Girard et Rénald Nepton, ainsi que Serge Proulx, qui ont facilité son intégration rapide. Son mentor, Serge Proulx, directeur des opérations chez les Saguenéens, était très fier du parcours de sa collègue et il espère qu’elle sera une source d’inspiration pour bien d’autres femmes qui évoluent dans un milieu plus masculin comme celui du hockey junior. « Je suis super fier pour elle. Elle a commencé avec le Drakkar en 2011 et elle a évolué énormément grâce à toute sa capacité à prendre la pression et à s’ouvrir aux nouveautés, car c’est un milieu où il faut être très ouvert et s’ajuster constamment », souligne celui qui, comme elle, avait fait ses débuts avec le Drakkar en 2011 comme directeur administratif. « Ce qui lui arrive est pleinement mérité et il faut s’en réjouir pour elle. Les Saguenéens sont heureux de lui avoir permis de vivre cette expérience qui lui a amené des connaissances qui lui serviront pour la Côte-nord », ajoute celui qui l’avait incitée à se joindre aux Sags. En plus de la comptabilité, la nouvelle venue avait la responsabilité de la boutique, un domaine où elle s’est distinguée en mettant sa créativité à contribution pour renouveler l’offre de produits à la clientèle tout en respectant les contraintes du marché. RAVIVER LA FIERTÉ Lorsqu’elle entrera en poste le 7 juin, Francine Gobeil sera la troisième femme à occuper cette fonction au sein du Drakkar, fondé en 1997, après Sylvie Fortier et Caroline Paquin. Malgré tout, il y a encore peu de femmes qui occupent le poste de directrice des opérations dans le circuit Courteau. Bien sûr, elle ressent un petit vertige, « mais en même temps, j’ai tellement travaillé fort depuis les dix dernières années que je suis dans la ligue. J’ai travaillé fort et je n’ai jamais eu peur de travailler, de m’investir, de donner du temps et mon énergie. Donc, je pense que ces années vont me servir et me permettre de pouvoir accomplir de belles choses avec le Drakkar. » Depuis son départ, l’organisation du Drakkar a été renouvelée, au cours des deux dernières années. Francine Gobeil souhaite donc tisser de bons liens avec l’équipe en place et se donne comme objectif de raviver le sentiment d’appartenance et de fierté des Baie-comois et des amateurs de hockey de la Côte-nord pour leur équipe junior majeur. « C’est quand même quelque chose qui n’est pas donné à toutes les villes », fait-elle valoir. Son travail ne lui fait pas peur. « Je sais à quoi m’attendre. Il n’y a rien de routinier dans un travail de directeur des opérations. C’est un très beau défi que j’espère bien relever. » Pour sa part, Serge Proulx n’est pas inquiet. « On a travaillé ensemble à Baie-comeau pendant cinq ans. Elle m’a vu aller avec le Drakkar, comment on a bâti ça avec l’équipe de l’époque et elle est arrivée ici il y a quatre ans alors qu’on était à l’an 2 de remettre l’équipe sur les rails. Par deux fois, elle a vu le processus de relancer une équipe et c’est ce qui l’attend à Baie-comeau. Cette fois-ci, elle va le vivre, mais c’est elle qui va avoir les rênes entre les mains ! » D’ici là, Mme Gobeil assurera la transition avec la personne qui lui succédera chez les Saguenéens, un point d’honneur qu’elle s’est donné par respect pour l’organisation qui a si bien su l’accueillir et développer de bons liens.

Images:

Categories:

Le Quotidien

© PressReader. All rights reserved.