Publication:

Le Quotidien - 2021-05-01

Data:

LA MÉSAVENTURE DE SPARK

MÉLISSA, RÂTO

PARALYSÉ APRÈS UN ACCIDENT

Dans la soirée du vendredi 17 janvier 2020, Spark va faire ses besoins dehors, comme à l’habitude, mais la laisse à laquelle il est attaché se brise, sans que sa famille ne s’en rende compte. Le chiot de dix mois en profite pour partir à l’aventure… En voulant traverser la très achalandée route 112, juste en face de sa maison en Montérégie, le carlin tout noir se fait frapper par une voiture. « Quand on a vu que Spark n’était plus attaché, on a paniqué, se remémore Josée Gemme. En le cherchant dehors, mon conjoint a vu une auto arrêtée avec les quatre flashs allumés. » Sylvain Tudeau se précipite pour recueillir son petit chien mal en point. « L’automobiliste s’excusait, mais ce n’était pas de sa faute », poursuit la dame. Sylvain Trudeau et Josée Gemme, qui habitent à Saint-paul-d’abbotsford, entre Granby et Saintcésaire, se dirigent en urgence au Centre hospitalier universitaire vétérinaire de Saint-hyacinthe. Après une série de tests, le vétérinaire conclut que le chiot a une fracture au niveau de la vertèbre L5 avec subluxation de la colonne au niveau des vertèbres L5/L6, ce qui veut dire une paralysie complète des membres postérieurs, engendrant une incontinence. « Il était impossible pour nous de faire euthanasier notre chien qui n’avait pas encore un an. En décidant de le ramener à la maison, pour surveiller ses signes vitaux pendant 48 heures, je devenais aussi une aidante naturelle pour le reste de sa vie », ajoute Josée. Cinq jours plus tard, Spark retourne à l’hôpital vétérinaire, cette fois pour rencontrer le neurologue. Le vétérinaire expose les soins dont Spark aura besoin, notamment une médication à vie pour la douleur. Josée apprend à vider la vessie de son chien et à l’aider pour expulser ses selles. « Au début, je trouvais qu’il faisait pitié… Je trouvais ça pénible de le voir comme ça, confie-t-elle. Depuis ce temps, je fais l’achat de couches, de lingettes, de crème, de vaseline et je dois aussi lui mettre des petits pantalons pour ne pas qu’il se blesse les pattes, vu qu’il se traîne par terre. » Comme le chien a besoin d’un support pour soutenir sa colonne, le couple est référé chez Ortho Design, à Pierrefonds. C’est l’orthésiste-prothésiste Réjean Grou qui accueille le petit chien pour lui faire une orthèse sur mesure et un chariot roulant. Comme Spark doit être changé de couche au moins quatre fois par jour, Josée se met à fouiller pour trouver une table à langer usagée. « La chanteuse Brigitte Boisjoli en vendait une, alors qu’elle restait dans le coin de Drummondville. Je suis allée la chercher chez elle. » ENCOURAGEMENTS Les frais s’accumulant rapidement, le 25 janvier 2020, Josée crée une campagne de sociofinancement pour l’aider à payer les soins de son chien, lui permettant d’amasser plus de 1000 $. Elle fait aussi connaître son histoire en créant le groupe Facebook Tous pour Spark. Ces initiatives lui permettent d’échanger avec des gens de partout dans le monde. Les commentaires positifs qu’elle reçoit lui donnent beaucoup de courage. « J’en ai passé des nuits à pleurer, mais j’ai pris le dessus en voyant que je n’étais pas la seule à être propriétaire d’un chien handicapé. » Depuis ce temps, elle aide beaucoup de gens qui ont besoin de conseils à la suite de la paralysie de leur chien. HEUREUX Spark n’a jamais arrêté d’être heureux, énergique et enjoué. Il passe ses journées en liberté dans la maison avec deux chats et Tom, le caniche miniature avec qui il s’amuse beaucoup. « Comme on travaille à temps plein, je reviens dîner à la maison pour changer la couche de Spark », souligne Josée. Le petit carlin est devenu très fort des pattes avant et il se déplace rapidement. La nuit, il ne porte pas son orthèse pour dormir avec ses humains adorés. Il s’assoit, saute du divan et accueille la visite avec joie. Il comprend quand Josée l’appelle pour faire changer sa couche. « Tout le monde tombe en amour avec Spark. Il est la petite mascotte de l’hôpital vétérinaire de Saint-hyacinthe, conclut Josée. Quand la COVID sera terminée, j’ai l’intention d’organiser un rassemblement pour ceux qui aimeraient rencontrer Spark. »

Images:

Categories:

Le Quotidien

© PressReader. All rights reserved.