Publication:

Le Quotidien - 2021-10-09

Data:

LES ANNÉES LABEAUME VUES PAR CÔTÉ

CARRIÈRES

JUDITH DESMEULES jdesmeules@lesoleil.com

Régis Labeaume ne mesure pas plus que trois pieds dans les dessins d’andré-philippe Côté, c’est sa marque de commerce. Pourtant, le prochain maire de Québec ne lui arrivera pas à la cheville, croit le caricaturiste. Ici, nous parlons d’émotions et de traits de caractère. Voilà 14 années que M. Côté dessine Régis Labeaume dans les pages du Soleil. On a vu le maire de Québec, qui est originaire de Roberval, vieillir dans nos journaux ; les cheveux ont tranquillement changé de couleur, la barbe est apparue, le style des lunettes a changé. « Ça va faire un vide. Je regardais d’anciennes caricatures… j’en ai des centaines. » M. Côté a publié en 2011 avec son collègue du Soleil Jeansimon Gagné Le petit Labeaume illustré, qui met en vedettes plusieurs dessins du maire. « J’aurais pu faire un tome 2 avec tout ce que j’ai », note le caricaturiste. Chose certaine, il s’est amusé beaucoup dans les dernières années. « C’est quelqu’un d’une certaine importance, une grandeur socialement. La petite taille de Labeaume, ça fait un effet de contraste, un dessin assez comique, et c’est toujours un peu exagéré », souligne M. Côté. Cette apparence physique crée un océan de possibilités pour le caricaturiste. La grandeur est utilisée pour des blagues punchs et rapides. « On travaille avec l’apparence des gens, c’est un outil pour nous. Plus il y a des caractères forts, plus c’est agréable. » DURE SÉPARATION André-philippe Côté a vécu tranquillement la séparation avec son personnage préféré. Au début, il dessinait Régis Labeaume chaque semaine, à son arrivée en politique. L’apparition du personnage est devenue occasionnelle, avec le temps. Puis, M. Labeaume a rendu un grand service à M. Côté ! Il est beaucoup moins présent dans la sphère médiatique depuis les dernières semaines. Normal, il laisse la place aux candidats qui désirent prendre sa place. « Ça se fait donc en douceur, il se fait plus discret », remarque le caricaturiste, qui a moins de contenu pour s’amuser. Mis à part sa taille, ce sont surtout les émotions manifestées de M. Labeaume qui auront marqué l’inspiration. « Les politiciens vont essayer d’être en contrôle. Le maire Labeaume, lui, il n’avait pas de freins ! » « Je n’ai pas l’impression en campagne que quelqu’un peut prendre sa place, qui a le coeur aussi fort. Mais avec la mairesse Boucher, on se demandait tous qui pouvait la remplacer elle aussi. Même en campagne, je n’avais pas prévu que Labeaume soit si flamboyant. On les découvre lorsqu’ils arrivent au pouvoir », souligne M. Côté. André-philippe Côté se veut clair : ce n’est pas parce que le personnage est terne et plus dur à dessiner qu’il n’est pas un bon politicien, ou un bon maire. Le successeur de Labeaume aura le temps de se démarquer. « On va attendre qu’il fasse des gaffes ou des déclarations incendiaires », dit M. Côté, en rigolant. Des déclarations incendiaires, M. Labeaume en a donné beaucoup. DANS LE TOP-5 M. Labeaume était connu partout dans la province, une chose que M. Côté souligne beaucoup. D’une façon ou d’une autre, il est devenu l’image de la ville. « Dès que quelque chose va mal à Québec, je dessine le maire. Il est imputable et il représente le problème alors qu’il n’est pas toujours responsable. Je sais que ce n’est pas de sa faute, mais je ne peux pas dessiner un fonctionnaire. Il sert de véhicule, et c’est injuste des fois », note le caricaturiste. M. Côté a parfois été dur, il n’en demeure pas moins que M. Labeaume s’est faufilé parmi les personnages les plus plaisants à dessiner. « Il fait partie du top-5, en 25 ans de caricatures... Il n’est pas loin du sommet ! La mairesse Boucher n’est pas loin non plus… Les maires de Québec, j’ai été gâté. Les autres caricaturistes étaient jaloux des fois. » Le maire sortant compte s’éclipser au lendemain des élections du 7 novembre. Il l’a dit plusieurs fois, il se cachera des caméras. Est-ce qu’andré-philippe Côté lui prépare un dernier dessin, en guise d’hommage ? « C’est certain. Je prépare mentalement quelque chose pour lui souhaiter au revoir. Je vais trouver quelque chose à la hauteur de son départ, pour ne pas faire de jeu de mots », termine le caricaturiste.

Images:

© PressReader. All rights reserved.