Publication:

Le Quotidien - 2021-10-09

Data:

DE LA RÉSILIENCE À TRANSMETTRE

ESPACE LHJMQ

STEVE TURCOTTE sturcotte2@lenouvelliste.qc.ca

La nouvelle saison de la LHJMQ s’est amorcée il y a une dizaine de jours à Victoriaville, où les Tigres ont enfin pu partager avec leurs partisans cette conquête de la Coupe du Président le printemps dernier. Cette saison 2020-21 est unique dans les annales du circuit. En raison de la COVID, le calendrier a été écourté. Les équipes des Maritimes ont joué entre elles, tout comme celles du Québec. Il y a eu des bulles installées à différents endroits, des quarantaines, de longues pauses. Ça ne veut pas dire que les Tigres ne sont pas des champions légitimes. Bien au contraire. La bande assemblée par Kevin Cloutier a fait preuve d’une résilience incroyable pour gagner le dernier match de cette campagne, au centre Vidéotron de Québec. « Les joueurs ont dormi 110 nuits à l’hôtel. Ils ont dû traverser une quarantaine de 17 jours à Chicoutimi, chacun enfermé dans sa chambre. On a quand même réussi à prendre notre élan par la suite et à devenir de plus en plus difficiles à affronter. Chapeau aux membres de l’équipe, ils y croyaient… » Ils étaient les seuls ! Avant la finale, tous les experts prédisaient une victoire relativement facile des Foreurs. « Oui, j’avais lu tout ça. Sur la galerie de presse, au début de la finale, j’ai aussi entendu des gens se demander quel genre de parcours les Foreurs auraient pu avoir à la Coupe Memorial. C’est la preuve que le hockey, ça se joue sur la glace. Une équipe dédiée, c’est dur à battre », sourit Cloutier, architecte de ce deuxième championnat dans l’histoire de la concession des Bois-francs. « Ça fait six ans que je suis avec l’équipe, je me faisais parler chaque semaine en ville de la conquête de 2002 ! Bien content d’ajouter une autre bannière au plafond ! », rigole-t-il. En temps normal, les champions de la LHJMQ en profitent pour garnir les coffres de la concession grâce à un aréna plein. L’an dernier, c’était le monde à l’envers : plus tu allais loin en séries, plus tu devais mettre la main dans ta poche. La subvention gouvernementale était engloutie depuis un bon moment quand les Tigres ont soulevé le précieux trophée. « C’est un peu bizarre à dire, mais oui, il y a eu un sacrifice financier qui est venu avec le championnat. Personne ne va s’en plaindre, mais c’est la réalité. Maintenant, un tel parcours amène autre chose, un vécu qui ne s’achète pas. Beaucoup de vétérans sont partis, mais il reste encore plusieurs joueurs qui pourront transmettre à la prochaine génération cette culture. Un gars comme Pierre-olivier Roy, par exemple, n’a que 17 ans. Il sera un excellent guide pendant plusieurs années pour les joueurs qui viendront le rejoindre dans le vestiaire. » En revanche, d’autres vétérans écoulent peut-être leurs derniers milles à Victoriaville en ce moment. C’est la roue du hockey junior qui le veut ainsi. Cloutier était acheteur, l’an dernier, et il s’est payé la traite ! Pour accélérer la reconstruction, il doit monnayer ses joueurs plus âgés si la demande est là. « Je m’attends à recevoir des appels. J’étais dans cette position l’an dernier, je cherchais des joueurs qui avaient déjà gagné. Des gars comme Arseneault et Beaucage, ce n’est pas juste ce qu’ils te donnent sur la glace, c’est l’impact qu’ils ont eu à l’extérieur de la glace aussi. On a ce type de joueurs chez nous et dans notre position, mon rôle est d’être à l’écoute. » Son joueur le plus en demande risque d’être Vincent Sévigny… s’il revient de son essai professionnel dans l’organisation des Sénateurs ! « C’est un vrai de vrai. Il nous a aidés à gagner la Coupe le printemps dernier, je lui souhaite d’obtenir ce qu’il désire chez les pros. Mais s’il revient, je suis persuadé qu’il aura des offres à la fin de la prochaine saison. Comme je suis convaincu qu’il intéressera quelques clubs dans notre ligue à court terme ! De notre côté, à Victoriaville, on va travailler de façon à entourer Roy au sein de notre brigade défensive avec des jeunes de son groupe d’âge. » Voilà, Cloutier vient subtilement de donner une clé à ses homologues pour l’approcher en vue de lui dérober ses vétérans !

Images:

© PressReader. All rights reserved.