Publication:

Le Quotidien - 2021-10-09

Data:

ZONE DE TURBULENCES

ESPACE LHJMQ

STEVE TURCOTTE, LE NOUVELLISTE

Il y avait une épée de Damoclès au-dessus du vestiaire des Tigres de Victoriaville, depuis le début de l’été, et elle a frappé en début de semaine. Mardi, Nicolas Daigle et Massimo Siciliano ont été formellement accusés d’agression sexuelle sur une mineure, ainsi que d’avoir filmé la victime alléguée, un événement qui se serait produit dans un hôtel de Québec quelques heures à peine après la conquête de la Coupe du Président. Au moment de réaliser l’entrevue, lors du match d’ouverture de l’équipe, le directeurgérant ne voulait en aucun cas commenter la situation, mais il semblait confiant que ce nuage noir allait disparaître. «Nous avons collaboré à l’enquête et nous n’avons eu aucun développement depuis plusieurs semaines», assurait-il. Mardi, la situation a évolué et les deux joueurs visés par l’enquête ont non seulement été accusés, mais leur identité a été dévoilée. Quelque 24 heures plus tard, c’était au tour de la LHJMQ de se positionner, en suspendant indéfiniment les deux joueurs. Le circuit Courteau a d’ailleurs été critiqué pour sa lenteur à rendre sa décision, une réflexion qu’elle a justifiée en invoquant que le Bureau du commissaire avait besoin de temps pour prendre connaissance du dossier et finaliser des éléments en amont de la suspension, puisque la présomption d’innocence demeure toujours la prérogative dans notre système de justice. Chose certaine, le retrait de Nicolas Daigle et Massimo Siciliano, deux vétérans, plonge les Tigres dans une zone de turbulences. La troupe de Carl Malette avait gagné ses deux premiers matchs de la saison aux dépens des Cataractes de Shawinigan. Comment réagirat-elle maintenant ?

Images:

© PressReader. All rights reserved.