Publication:

Le Quotidien - 2021-10-09

Data:

BON DANS LES TROIS ZONES

ESPACE LNH

SYLVAIN ST-LAURENT, LE DROIT

SUR LA DÉFENSIVE On peut difficilement discuter avec Mitch Garber sans lui parler du retour des Expos de Montréal. Sans être à l’avant-scène, l’homme d’affaires joue un rôle discret dans le dossier. «Vraiment, je n’ai rien à dire à ce sujet », dit-il, avant de nous rappeler que Stephen Bronfman est le porteparole du groupe québécois. Stuart Sternberg, propriétaire principal des Rays de Tampa, commente aussi, parfois, le projet de garde partagée entre la Floride et le Québec. «Si Stephen réussit à obtenir une équipe à Montréal et qu’il me demande d’être actionnaire minoritaire, ça me fera plaisir. Et je suis pas mal confiant qu’il me le demandera.» TERRITOIRE NEUTRE Neutre, comme dans carboneutre ? Les Golden Knights ont vite adopté la personnalité de leur ville. On les associe désormais au divertissement et à l’industrie du spectacle. Le Kraken pourrait devenir l’équipe la plus verte de toute la LNH. «Nous aurons certainement le premier aréna carboneutre de toute la ligue. Le nom dit tout: Climate Pledge Arena. C’est possiblement le seul aréna sur la planète qui porte le nom d’une cause au lieu de porter le nom d’une entreprise.» «On se distingue par notre responsabilité sociale. Si vous suivez l’équipe sur Twitter, vous pouvez voir qu’on prend beaucoup de positions. On soutient le mouvement Black Lives Matter, on soutient la communauté LGBTQ+, on croit en l’égalité des sexes. On se distingue de cette façon. Ça me rend très fier.» À L’ATTAQUE ! Le Kraken n’a pas attendu de jouer son premier match pour se faire des ennemis. Il a tôt fait d’identifier son plus grand rival. Le club mène une guerre sans merci aux Canucks de Vancouver sur les réseaux sociaux. Ça fait bien rigoler l’actionnaire québécois. «Je ne suis pas originaire de Seattle. Je ne peux donc pas mentir. Je ne connais donc pas toute l’histoire de la rivalité naturelle avec Vancouver. Pour moi, la meilleure rivalité de l’histoire du hockey, c’est celle qui opposait les Canadiens aux Nordiques de Québec. Je sais qu’on ne peut pas fabriquer une rivalité. Il faut que l’énergie s’installe naturellement. »

Images:

© PressReader. All rights reserved.