Publication:

Le Quotidien - 2021-10-09

Data:

DIX FRANCOS À SURVEILLER

SPORTS

PATRICE BERGERON BRUINS DE BOSTON Le vétéran devrait retourner aux Jeux olympiques pour faire équipe – possiblement pour la dernière fois – avec son vieux complice Sidney Crosby. Pourrait-il s’agir de son dernier tour de piste, tout court ? « Beaucoup de gens m’ont parlé de mon avenir, cet été. Je réponds toujours que je vis une année à la fois », dit le centre de 36 ans. MAXIME COMTOIS DUCKS D’ANAHEIM Dans son dernier match « officiel », l’ailier de 22 ans a récolté deux gros points. Ces points ont permis à l’équipe canadienne de remporter la médaille d’or, lors du Championnat mondial de L’IIHF. Il a réussi à décrocher un poste à temps complet dans la LNH, l’hiver dernier. Peut-il devenir un joueur d’impact, cet automne ? PHILLIP DANAULT KINGS DE LOS ANGELES Il ne faut pas oublier qu’après le troisième tour des séries, le printemps dernier, l’ancien des Canadiens était un sérieux aspirant au trophée Conn-smythe. La game va forcément changer, maintenant. Le centre gagne 5,5 millions $ US par saison. Le président des Kings, Luc Robitaille, l’a dit à TVA Sports : « Nous sommes en reconstruction, mais nous voulons faire les séries. » PIERRE-LUC DUBOIS JETS DE WINNIPEG Dubois a changé de numéro. Il portera le numéro 80 en l’honneur de son ancien coéquipier Matiss Kivlenieks, qui est décédé accidentellement l’été dernier. L’attaquant souhaite repartir en neuf, de façon générale, après avoir marqué seulement huit buts à ses 41 premières parties dans l’uniforme des Jets. KRISTOPHER LETANG PENGUINS DE PITTSBURGH Chaque année, on annonce la chute des vieux Penguins. Chaque année, l’équipe parvient quand même à se qualifier pour les séries, avant de subir l’élimination au premier tour. Letang sera joueur autonome sans compensation, l’été prochain. Le défenseur pourrait-il changer d’adresse à la date limite des transactions ? ANDRÉ TOURIGNY COYOTES DE L’ARIZONA On peut difficilement refuser l’offre d’un club de la LNH. Les occasions sont rares, pour les entraîneurs québécois. À Phoenix, Tourigny devra quand même s’armer de patience. L’hiver risque d’être sec. Dans tous les sens du terme. MARC-ANDRÉ FLEURY BLACKHAWKS DE CHICAGO Il a eu le coeur brisé quand il a quitté Pittsburgh, en 2017. Il a vécu une deuxième peine d’amour lorsque les Golden Knights de Vegas l’ont largué à leur tour, au terme de la dernière saison. Lui reste-t-il assez d’énergie pour aborder le troisième chapitre de sa carrière, à Chicago ? Il a besoin de remporter huit matchs pour devenir le troisième gardien de l’histoire de la LNH à atteindre le plateau des 500 victoires. SAMUEL GIRARD AVALANCHE DU COLORADO Le défenseur robervalois a réussi à récolter 32 points en 48 matchs l’an dernier. La plupart de ces points ont été obtenus à forces égales, parce que Cale Makar est le quart-arrière du jeu de puissance. À Denver, on se soucie bien peu des statistiques individuelles. Là-bas, il y a un seul trophée qui monopolise les conversations. CLAUDE GIROUX FLYERS DE PHILADELPHIE La vedette franco-ontarienne écoule la dernière année de son contrat. Le centre doit en principe devenir le deuxième meilleur marqueur de l’histoire des Flyers, dans les prochains mois. Giroux n’a toutefois pas gagné la coupe, durant son long séjour à Philadelphie. La pression commence à se faire sentir... ALEXIS LAFRENIÈRE RANGERS DE NEW YORK Le nouvel entraîneur-chef des Rangers, Gerard Gallant, était prêt à donner une chance au jeune prodige au sein de son premier trio. Le hic ? Pour que cela se produise, il aurait fallu que l’attaquant s’habitue à jouer à l’aile droite. On a vite compris que ce n’était pas dans son meilleur intérêt. Lafrenière va donc débuter la saison à gauche, son côté naturel, même si ça lui coûte quelques minutes de jeu.

Images:

© PressReader. All rights reserved.