Publication:

Le Quotidien - 2021-10-09

Data:

SOIGNER SES MAUX PAR LA MUSIQUE ÉLECTRO

ARTS

SOLVEIG BEAUPUY sbeaupuy@lequotidien.com

Alors qu’il n’était que dans la vingtaine, les médecins ont diagnostiqué à Olivier Béland Gaudreault un problème de schizophrénie agencé à de la schizoaffectivité, à un trouble bipolaire psychotique et à un trouble somatoforme douloureux lié à des traumatismes d’enfance. Pour mieux se comprendre et se canaliser, le Chicoutimien s’est lancé dans la musique, en devenant disc-jockey. Sous le nom H3arthbtc, il compose des mélodies aux consonances électros afin de partager aux autres ce qu’il ressent. « Je souffrais beaucoup intérieurement, a confié Olivier Béland Gaudreault au Progrès. J’avais une compagne, une maison, un travail, mais il me manquait de quoi. Alors, j’ai demandé à la vie de m’apporter quelque chose qui allait pouvoir davantage me combler, et j’ai décidé de créer de la musique électronique. » En 2012, le jeune homme est victime d’un débalancement au niveau neuronal, que les médecins identifient comme une psychose ou une bipolarité psychotique. Ces débalancements ont lieu aux deux ans, chaque année ou aux six mois, et l’obligent à se rendre très régulièrement à l’hôpital, pour des séjours d’une durée variant d’une semaine à deux mois. À cela s’ajoutent des troubles de schizophrénie et de schizoaffectivité, qui rendent les émotions d’olivier Béland Gaudreault difficiles à gérer. « J’ai de la misère à avoir un contrôle absolu ou du moins à amener une paix intérieure au niveau émotif », a-t-il commenté. Selon lui, tous ses troubles d’ordre mental prennent leurs sources dans des traumatismes et des douleurs intenses liés à l’enfance, ce que les médecins appellent communément une neuropathie, accompagnée d’un trouble somatoforme douloureux. Ce dernier est caractérisé par les neurotransmetteurs de la douleur qui n’émettent pas le bon signal. Olivier Béland Gaudreault est donc en souffrance permanente. « La situation est quand même complexe. Même mon médecin psychiatre d’origine, qui me connaît, me dit qu’il faut que je m’accepte, que j’accepte d’être malade, d’être qui je suis et de travailler là-dessus », a expliqué le DJ. Pour prendre un moment de répit dans ses douleurs, il a su développer des astuces, comme boire ou manger sucré et écouter de la musique. Olivier Béland Gaudreault était même rendu au stade de refuser complètement sa médication quand la musique lui a ouvert une nouvelle voie, celle de la compréhension. « J’ai fait sept ans de musique pour essayer de comprendre mon monde, a-t-il mentionné. C’est comme une autoanalyse de ma schizophrénie, et en voulant comprendre ce monde-là, ça m’a aidé à me comprendre. » Aujourd’hui, il y a deux activités que le jeune homme aime faire. La première est liée à l’amour, donc avoir une relation intime et créer une connexion intense avec une personne ; la deuxième, c’est faire de la musique. « Quand je crée une pièce musicale, je me mets en transe. Je rentre dans mon monde et je me perds dedans. Je peux y rester facilement une dizaine d’heures. La musique, c’est comme un médicament », a raconté Olivier Béland Gaudreault, en précisant que la musique l’aide à comprendre et à assimiler sa maladie. À travers ses sons électros, le DJ s’évertue à faire ressentir aux autres ce qu’il a ressenti à travers ces années de maladie. Même si, d’une certaine manière, il pense avoir réussi, il trouve l’exercice somme toute assez compliqué. « Je ne peux pas pousser les choses pour qu’ils ressentent ce que j’ai ressenti, comme je ne peux pas ressentir ce que les autres ont ressenti », a-t-il laissé entendre. TROUVER SA PASSION Pour les personnes qui rencontrent, comme Olivier Béland Gaudreault, des difficultés de santé mentale, le jeune homme leur suggère de se trouver une passion et des rêves à réaliser pour se sortir du trouble. Il partage régulièrement ses créations sur sa page Youtube, H3arthbtc, et reçoit de nombreux commentaires encourageants, qui le poussent à continuer dans la voie qu’il s’est tracée. D’ici 2023, le Chicoutimien envisage de composer de la musique avec un de ses amis.

Images:

© PressReader. All rights reserved.